P
HOTOGRAPHIES PLASTICIENNES

 


<<  ACCUEIL

>>
 INTERNAT-INTERNEMENT
>> UN JARDIN DES RÊVES
>> DISPARÂITRE
>> DÉGÉNÉRATION URBAINE
>> RÉGÉNÉRATION URBAINE
>> FRANFRELUCHES
>> LA TÊTE EN L'AIR
>> C'EST LA FIN DU PARCOURS
>> ENRACINÉS
>> FLEUVE EN MUE
>> LUCIE CASSE COU
>> &-PREUVES PAR NEUF
>> LA NUIT DES NON LIEUX
>> ÉPINGLONS NOS CHIMÈRES
>> CHÂTEAU VIEUX LA MONTAGNE
>> ET LE PETIT CHAPERON ROUGE GRANDIT
>> ABÉCÉDAIRE

 





>> INTERNAT-INTERNEMENT © 2008                                                                  



Un internat !
Un camp disciplinaire ?
Vexations, punitions
Pour redresser les jeunes pousses
Jeunes filles rebelles à l'école publique en rupture du cocon parental
Son nom 'maison familiale rurale'  

Il réprime l'élan 
Moule la pensée
Comprime le corps et les sens 
Quel que soit le point de vue
Le regard est enfermé
Au-delà de la muraille de plastique 
Et des grilles cadenassées
Une lueur de folie
Un grain de poivre
Le sel de la vie
Le moulin intangible qui trotte dans la tête
Pied de nez à toute forme de discipline 

  


 

>> UN JARDIN DES RÊVES [pour Trot'art] © 2010                                        

>> Le petit chaperon rouge
>> La belle au bois dormant
>> Blanche-neige

 


 

  

 

>> DISPARAÎTRE © 2006                                                                                                    
 

  

 

>> DÉGÉNÉRATION URBAINE © 2006                                                                      

                                




    

>> RÉGÉNÉRATION URBAINE © 2006                                                                    

 

                                   




 

>> FANFRELUCHES © 2006                                                                                             

Les dessous de l'histoire


 

  

 

>> LA TÊTE EN L'AIR © 2009                                                                                          

                               
 




>> C'EST LA FIN DU PARCOURS © 2008                                                             


 

c`est la fin du parcours  

 




>> ENRACINÉS © 2007                                                                                                    

Tel un arbre, le visage nous présente ses secrets, ses certitudes, ses aspirations ; ou bien, les racines, le tronc commun, les frondaisons. 
De ces multiples facettes, mon regard n’en retient qu’une, celle qui m’est perceptible au-delà de la représentation au monde ; celle qui tourmente la norme de l’autorité du monde : le masque ou la mue qui sont toujours en mouvement et qui font de chacun de nous des êtres singuliers.

 



>> FLEUVES EN MUE [pour le festival de l'Oh!] © 2007                                                  
 



Fleuve en mue 
serpente
creuse le territoire
pourquoi de l’eau faut-il toujours en faire une histoire
une rencontre glissante 
sur un lit de salamandres
fleuve en crue
déborde
noie le paysage

pourquoi de l’eau faut-il toujours en faire une image
une tempête soufflante
sur un navire en souffrance

 



>> LUCIE CASSE COU © 2004                                                                                 
                                

                  

Il a posé ses valises dans la ville grise 
Il a interrogé 
Le pont des suicidés

Son désir pour mieux se l'interdire
Lucie est son outil son modèle
Lucie est sortie de l'hôtel
Elle a entendu elle a pris
Les mots la font marcher
C'est sa façon à elle d'y passer
Elle est entrée dans son histoire
C'est son profil casse-cou
C'est son heure
Elle est sortie sans préméditation
L'heure où l'azur métamorphose en silhouette pour mieux mourir le jour 
Cette nuit elle a lu le livre couvert
La même histoire tissée qui sommeille
Elle lui offre son regard comme un ultime rendez-vous
 




 

>> &-PREUVES PAR NEUF © 2005/2007                                                                   


                            


>> Étourdissement                                             >> Le parfum qui m'a suivi
sous la voûte obscure                                                                          naître dans le miroir de l’automne
soudainement                                                                                      germe d’or
la prunelle claire                                                                                   dans le noir du port 
se dérobe                                                                                            où les marins reposent
se niche en la chair                                                                              je pousse de quelques pas 
encerclée                                                                                            sonne le glas
fibre au faîte                                                                                        
tendre l’oreille à l’écho rouge
trop ou plus ou plus rien                                                                        à la petite musique de nuit
secret de soupirail à lever                                                                     au parfum qui m’a suivi
œil expirant                                                                                         envol vespéral du toit qui l’habite
tourné dans le poumon                                                                         se souvenir en fleur
aspirer son horizon                                                                               fantôme intérieur
perdre son poing de fuite                                                                       je glisse dans la magie de l’artifice
bitume béton tôle                                                                                  allez ! plus vite 
se dilatent en crachin
se contractent en capsule
trouent mes mains
tout le sens fourmille
s’étourdit
engrosse la seconde en éternité
épilogue du jour
ou conscience de l’amour


>> Violence de la patience                                    >> Pouvoir de neige
corrompre la vie                                                                                                                    légère sans force
la clématite sauvage en jachère                                                                                        flocon tombé
joue les reines blanches                                                                                                     qui tente de résister dans les zones d’ombre
clore les paupières                                                                                  sept jours à vivre
l’œil béant sur le savoir                                                                           en trouver une autre cette vie de limbe évide
garde le rouge pour la mémoire                                                                territoire vierge
renverser la chaise                                                                                 le grand vent de l’oubli ne souffle pas
un soir bleu la voie prend feu                                                                   la note bleue pas à pas
j’effrite ma peau sur le lépreux                                                                 danse le flocon !
inscrire la patience                                                                                  sautillements 
violence de l’attente                                                                                grâce de l’air ascendant
ouvre ton désir sur un champ rond                                                            sursauts de l’appel à l’air chaud
un non lieu un double tronc                                                                      flocon énamouré en abondance
survivre d’orage                                                                                      d’un ours blanc et froid
femme sous mes pas                                                                             cristallise le temps
je me nourris de blanc rouge bleu                                                             impuissante à agir
appel d’or                                                                                               entre dans le cadre
l’autre ?                                                                                                  
la mariée empêtrée
                                                                                                                                                  la mariée sale en neige
                                                                                                                                                  sept jours de rien
                                                                                                                                                  la lumière à peur de tuer le minuscule
                                                                                                                                                  de mourir la vie de flonflon
                                                                                                                                                  d’endormir la vie du con
                                                                                                                                                  j’aimerai pouvoir de neige recouvrir


>> La relique                                                       >> Qui a tué la luciole
le crissement du ver                                                                               nébuleuse spirale
alanguie allumeuse                                                                                 prête à prendre le large passerelle passage
les mêmes yeux à la rame                                                                      escargot penseur lueur
le même profil à chanter                                                                          s’enroule dans le cyan
qui a tué la luciole ?                                                                                vous êtes dans le vide en direction de véga
l'avarice de l’ours                                                                                    comme le soleil noir
le roc qui rompt                                                                                      
disruption état d’ignition
ils coulent le sang noir                                                                             poisse de l’érection
origine fluide dans le bain rubis                                                                 jouissez pour en finir
la relique ficelée de mornes vertus                                                            du réveil cinglant
assise de deuil                                                                                        d’inassouvissement
désoriente au saut du lit                                                                           dormez en sous-marin
par une nouvelle fécondité                                                                        abri incertain
bat les vents         
éloigne l’interdit


>> Le cri du coq                                                    >> Résolution d'une femme amoureuse
les talons rayonnent sous l’allée découverte                                               l’esprit lui souffle
je claque en poule mouillée                                                                       rivalise avec le fond d’opacité
quelle date à retenir ?                                                                               ils se disent savoir pouvoir devoir
“vous aussi”                                                                                             le con-ruption renversé
quand il fait le plus sombre                                                                        les écartés
l’oeil s’englue dans les lignes de fuite                                                         
la peau de bouquet a séché
les lourdes grappes éclatent de rire                                                            toute la pluie de sagesse rigole sur le trottoir
la caresse brune d’excessive douceur                                                        fait de mer iroise
réveille le cri du coq                                                                                  l’horizon juste sur les toits ferme l’abri turquoise
lueur timide
silence furtif
attention ! l’horizon s’obscurcit


>> Étourdissement
en toilette du soir
un ciel a deux sens

l’accompli du ravissement
le plaisir solitaire s’inscrit à même la terre
feuille à feuille
cuivre de frémissements
caresser la couleur des coulures d’usure
couvrir le tronc archéologique
embrasser l'oreiller ventre
au contact de ma peau bleue
ta peau en prose
approfondir comme une souffrance innocente je te garderai !


 

 
                                                 


>> LA NUIT DES NON LIEUX © 2006                                                                                              

                                              

Sur le périphérique
Aux abords de la gare
Sur le pont
Sous le pont
Dans le métro
Le passant ne s'arrête jamais
La lumière ne s'arrête jamais
No man's lands en habit de fête
Est-ce la nuit des non lieux !




                                      
>> ÉPINGLONS NOS CHIMÈRES © 2009                                                                

                     

 


 
La paranoïa est un délire chronique comportant le plus souvent un sentiment de persécution et accompagné d'hallucinations.
Ces petites chimères sont le symbole de notre vision apeurée de l'autre.
Effrayantes et amusantes, tragiques et comiques, épinglons nos illusions comme des papillons dans une collection.




>> CHÂTEAU VIEUX LA MONTAGNE © 2011                                                    
 


Château Vieux en Chablais

Suivez la flèche
On approche du chalet replet, c'est ici qu'on lâche les valises pleines.
Une chapelle, un château à 700 m sur un plateau.
On regarde par la fenêtre la brume brouiller la vision, le temps s'engrosser de moutons.
Sur la rétine une nuance, une impression à chaque heure, à chaque saison.
On patiente pour sortir, les hauteurs se dénudent, le voile se déchire.
On explore ses abords, on chausse ses godillots.
Le génie des alpages.
Des chemins à arpenter, des cimes à escalader, des lacs à se tremper, des points de vue à mirer.

À Pascal, mon frère qui en marchant me laisse si loin derrière.
 

 
 
>> ET LE PETIT CHAPERON ROUGE GRANDIT© 2005                                  

 





>> ABÉCÉDAIRE © 2011                                                                                                    

                     




 






 

 
Créé avec Créer un site
Créer un site